Communiqué de presse - Le référendum II contre la Loi Covid est sur le point d’aboutir en force…

Argumentaire en faveur de la récolte de signatures pour le référendum II contre la Loi Covid et en particulier contre un certificat sanitaire instituant une véritable discrimination !!!

Etats Généraux de la liberté
Etoy, 10 juin
Présentation par Werner Boxler, Co-président des Amis de la Constitution, fer de lance de la résistance citoyenne à la Loi Covid.

Résolution citoyenne

Vous avez dit pandémie ? par Dr Astrid Stuckelberger    

Juridiquement non fondée, liberticide et ouvrant la porte à un Apartheid à la Suisse : par Michelle Cailler, juriste

   

⚠️ La version de la loi Covid figurant dans le livret de votation du 13 juin 2021 n’est plus celle en vigueur

Le Conseil fédéral induit la population en erreur en mettant à sa disposition des informations incomplètes.

Le texte de la loi Covid-19 dans le livret de votation du 13 juin 2021 est celui qui a été voté par le parlement le 25 septembre 2020. Depuis sa mise en vigueur, nombre de modifications ont eu lieu.

Version figurant dans le
livret de votation
Version en vigueur
(au 1er avril 2021)
Loi Covid - version du 25 septembre 2020
Loi Covid - version du 1er avril 2021

Le référendum sur la loi Covid-19, réunissant plus de 90’000 signatures a été soumis à la Chancellerie fédérale à Berne le mardi 12 janvier 2021.

En deux mois, les Amis de la Constitution ont contribué au succès de ce référendum en réunissant 77’000 signatures, Netzwerk Impfentscheid en a réuni 11’000 et Bürger für Büger environ 2’000.

Un énorme merci à tous ceux qui nous y ont aidé !

Le 13 mars 2020, le Conseil fédéral a déclaré l’état d’urgence lui permettant de gouverner pendant 6 mois par simple ordonnance. Au terme de ces 6 mois, lors de la session parlementaire de septembre, il a demandé au parlement l’adoption d’une loi urgente (dite Covid-19) prolongeant l’état d’urgence jusqu’en décembre 2021. Il a ainsi notamment la possibilité d’autoriser la vaccination génétique après une procédure d’approbation accélérée, voire de la déclarer obligatoire pour les populations à risque.

Sans nécessité, le Conseil fédéral a donc étendu ses compétences en matière de droit d’urgence en les inscrivant dans la législation.

Les droits du peuple sont ainsi court-circuités car la loi urgente Covid-19 ne peut être entravée par référendum.

Nous pouvons cependant faire en sorte que cette loi ne soit pas renouvelée.

Et nous pouvons signifier ceci au Conseil fédéral : pas de gestion de crise sans souverain !

 

Pour rester à jour :

S’inscrire à la Newsletter !

 

Bienvenue chez les amies et amis de la constitution

Le peuple souverain a besoin de soutien

Depuis des années, le pouvoir du peuple souverain se déplace vers le Parlement, le gouvernement et les experts.

La conséquence : de plus en plus de personnes sans légitimation politique prennent des décisions qui sont d’une grande importance pour nous tous.

Le Parlement ne s’oppose guère à cette situation : il en profite même dans une certaine mesure. Les partis politiques représentent de toute façon des intérêts. Le peuple est ignoré.

Pour briser cette dépossession du pouvoir souverain, l’association les Ami.e.s de la Constitution a été fondée. Nous nous basons sur les valeurs fondamentales de la constitution qui sont : liberté, égalité fraternité, durabilité.

Le référendum contre l’extension inutile de la loi d’urgence n’est que le premier projet. D’autres sont en cours de développement. Nous le ressentons tous : il reste encore beaucoup à faire dans les communes, les cantons et dans toute la Suisse.

Nous sommes heureux que vous vous intéressiez à notre travail. La Constitution a encore besoin de nombreux amis. Vous allez voir : vous allez rencontrer des amis insoupçonnés. Peu à peu se dévoile la Suisse de demain.

Statuts « Ami.e.s de la Constitution »

1. Nom et siège

« Les Ami.e.s de la Constitution » est une association au sens des articles 60 et suivants du Code Civil Suisse. Son siège est à Berne. Elle est indépendante à tous égards. Le nom abrégé de l’association est « Amis de la Constitution ».

2. But et finalité

L’association défend et renforce la position du souverain dans la Constitution de la Confédération suisse. Elle le fait conformément au préambule de la Constitution fédérale et à la Charte de l’Association.

L’association ne représente aucun intérêt particulier et ne poursuit aucun objectif commercial. Les membres s’engagent bénévolement.

3. Ressources

Les ressources de l’association sont constituées par :

  • Cotisations des membres
  • Dons et contributions de toutes sortes
  • Revenus des événements et des ventes propres

Les fonds sont exclusivement et irrévocablement destinés à la réalisation du but et de la finalité de l’association.

4. Membres

Les personnes physiques et morales qui soutiennent le but et la charte de l’association peuvent devenir membres.
La cotisation annuelle est de CHF 50.- pour les personnes physiques et de CHF 500.-pour les personnes morales. Des contributions plus élevées sont souhaitées et seront enregistrées et confirmées en tant que dons.
Les demandes d’adhésion sont adressées au comité par le biais du secrétariat. Le comité décide de l’admission.

5. Cessation de l’adhésion

La qualité de membre se perd :

  • pour les personnes physiques : par démission, exclusion ou décès,
  • pour les personnes morales : par démission, exclusion ou dissolution.

6. Démission et exclusion

La démission de l’association est possible à tout moment par lettre ou par mail et devient juridiquement valable par la confirmation du comité. Elle entre en vigueur immédiatement en cas de notification par lettre recommandée.

Un membre peut être exclu de l’association par le comité à tout moment sans qu’il ait besoin sans qu’il soit nécessaire d’en justifier le motif. Le membre peut demander que son exclusion soit traitée à l’assemblée générale. Dans ce cas, elle n’entre en vigueur qu’après la décision de l’assemblée générale.

7. Organes de l’association

Les organes de l’association sont :

a) l’assemblée générale

b) le comité

c) l’organe de contrôle des comptes

d) le secrétariat

8. Assemblée générale

L’organe suprême de l’association est l’assemblée générale. Les assemblées générales ordinaires ont lieu au cours du premier semestre de l’année.
Les membres sont invités à l’assemblée générale un mois à l’avance par écrit, en indiquant l’ordre du jour. Les invitations par courrier électronique sont valables.
Les demandes d’inscription de points à l’ordre du jour à l’attention de l’assemblée générale doivent être soumises par écrit au comité au moins six semaines avant l’assemblée générale.
Elle peut se réunir en session extraordinaire chaque fois si besoin ou à tout moment à la demande du comité ou de 1/5 des membres, en indiquant l’objet de celle-ci. La réunion doit avoir lieu au plus tard deux mois après la réception de la demande.

L’assemblée générale a les tâches et compétences irrévocables suivantes :

a) Approbation du procès-verbal de la dernière assemblée générale

b) Approbation du rapport annuel du comité

c) Réception des comptes annuels et du rapport des vérificateurs des comptes

d) Décharge du comité

e) Élection du comité ainsi que de l’organe de contrôle des comptes

f) Fixation de la cotisation annuelle

g) Adoption du budget annuel

h) Prise de décisions concernant des propositions individuelles ou du comité

i) Modification des statuts

j) Approbation ou décision d’exclusion de membres

k) Adoption du programme d’activités

l) Décision quant au respect des droits populaires, notamment en lien avec la tenue de référendums et le lancement d’initiatives populaires

l) Décision de la dissolution de l’association et l’utilisation de l’actif disponible.

Toute assemblée des membres dûment convoquée peut décider quel que soit le nombre de membres présents.
Les membres adoptent les résolutions à la majorité simple.
Les modifications des statuts nécessitent l’approbation de la majorité absolue des personnes présentes.

9. Comité

Le comité est composé de trois à neuf personnes.
Le comité gère les affaires courantes et représente l’association à l’extérieur.
Il peut créer des commissions et édicter leurs règlements.
Il peut employer ou mandater des personnes pour atteindre les buts de l’association et décider d’une rémunération appropriée.
Le comité dispose de tous les pouvoirs qui ne sont pas délégués à un autre organe par la loi ou selon ses statuts.
Il se constitue lui-même.
Le comité se réunit aussi souvent que les affaires l’exigent. Chaque membre du comité peut demander la tenue d’une réunion, en indiquant les raisons de cette demande.
Si aucun membre du conseil d’administration ne demande une réunion en présentiel, les résolutions sont valablement adoptées par lettre circulaire (également par e-mail) ou par des moyens électroniques appropriés.
Les membres du comité s’engagent bénévolement ; ils ont droit au remboursement des frais effectifs.

10. Organe de contrôle des comptes

L’assemblée générale élit deux vérificateurs de comptes ou une personne morale, qui vérifient les comptes, en font rapport à l’assemblée générale assorti d’une recommandation de vote.

11. Le secrétariat

Le secrétariat est responsable de la gestion des membres et exécute les tâches assignées par le comité. Le secrétariat est rémunéré en fonction des besoins.

12. Autorité signataire

L’association est engagée par la signature collective de deux membres du comité.

13. Responsabilité

Seuls les actifs de l’association sont responsables des dettes de l’association. La responsabilité personnelle des membres est exclue.

14. Dissolution de l’association

La dissolution de l’association peut être décidée à la majorité des trois quarts des membres présents à une assemblée générale ordinaire ou extraordinaire.

En cas de dissolution de l’association, le patrimoine de l’association est transféré à une institution poursuivant un but identique ou similaire.

15. Entrée en vigueur

Ces statuts ont été adoptés lors de la réunion fondatrice du 23 juillet et sont entrés en vigueur à cette date.